unicef

► Parfois on n’a pas le choix, on est obligé, quand c’est mérité, "mes parents m'en ont donné, je les remercie", "c'est/était pour son/mon bien" ...

On n’est JAMAIS obligé de frapper.
On ne mérite JAMAIS d’être frappé.

C'est difficile d'admettre que ses parents aient pu faire de mauvais choix, c'est difficile de remettre en cause une partie de l'éducation recue, que ses parents aient pu se tromper à un moment. Ca serait comme une trahison, un manque de loyauté. Le déni, c'est plus facile.

A force d'entendre "c'est pour ton bien", le cerveau l'intègre et le prend pour vérité, même si le corps sent le contraire. Et ca s'intègre tellement bien que les gens en sont persuadés au final. C'est un phénomène neurologique.

Les jeunes, de nos jours, ils ne respectent plus rien, sont mal élevés, malpolis etc, sur le couplet de « c’était mieux avant »

Depuis des décennies, les gens se plaignent de la jeunesse actuelle et trouvent que c’était mieux avant (voir la citation de Socrate déjà à ce sujet).
80% des français sont favorables à la fessée depuis 40 ans (voir plus), donc cette jeunesse irrespectueuse dont les gens se plaignent, c’est celle élevée avec des fessées, des claques … Ca prouve bien que ça ne marche pas !

Une fessée, ca a jamais tué, j’en suis pas mort, ca fait pas de mal

Ca ne tue pas, donc c'est pas grave, on peut continuer ?
Une fessée, une claque, ca humilie, ca rabaisse, ca nourrit la colère, la peur, l’incompréhension, ca altère le lien parent/enfant, ca laisse des traces psychologiques …
Un viol, on n’en meurt pas non plus, pourtant c’est condamné par la loi.
« ca ne tue pas » : est-ce un argument suffisant ? N’a-t-on pas davantage d’ambition éducative que simplement faire survivre les enfants jusqu’à l’âge adulte, que juste « ne pas les tuer, ne pas les traumatiser » ?

"Une petite fessée n'a jamais fait de mal à personne" Olivier Maurel

Ça fait des enfants rois

Dans ce cas, La France va être entourée de futurs tyrans : Suède, Danemark, Espagne, Portugal, Allemagne, Pays-Bas, Autriche, Norvège, Finlande, Islande, Lettonie, Ukraine, Roumanie, Croatie, Hongrie, Bulgarie, Grèce. Tous cas pays européens ont interdit la fessée, les châtiments corporels.

Ils vont nous marcher dessus sinon

On a donc le choix entre « se faire marcher dessus » et « frapper les enfants » : c’est très limité.
Ne pas donner de fessée ne veut pas dire ne rien faire.
Il y a quantités d’options possibles entre ces 2 choix.

Il faut bien mettre des limites

Combien de fessées ou claques sont données par jour avec cet argument ?

Je fais ce que je veux chez moi, avec mes enfants, c’est privé

Et bien non !
C’est pour cela qu’il y a des lois, que la PMI (protection maternelle et infantile) et les services sociaux existent.
Même chez soi, on est soumis au droit, le foyer familial n’est pas une zone de non-droit. Même chez soi, il est interdit de tuer qq’un ...
L'enfant n'est pas une chose, un objet de propriété privée, comme les esclaves au temps de l'esclavagisme.
Les modes d’éducation sont très variés, mais frapper, fesser, ce n’est pas un mode d’éducation. L'éducation, ce sont les valeurs transmises aux enfants.

Tes enfants sont faciles, alors t’as pas besoin d’en donner

Non, j’ai les mêmes enfants que les autres, qui traversent les mêmes phases, les mêmes crises …
Et parfois, ils m'énervent beaucoup beaucoup aussi.

  On n’est pas au pays des bisounours

Bienvenue à bisounoursland

Ce n’est pas de la violence, une fessée !

Qu’est ce que c’est alors ?
Surement pas une caresse …

Faut pas confondre mettre une fessée et battre un enfant/la maltraitance

Comment commence la maltraitance, un enfant battu ? Par une claque, une fessée, donnée avant 2 ans le plus souvent.
A combien de claques, de fessées on met le curseur du début de la maltraitance ?
"Une distinction subtile"

Y a des choses plus urgentes/importantes à régler d’abord, le chômage etc

Pourquoi toujours vouloir hiérarchiser ?
Prendre soin de nos enfants, qui est l’avenir de la France, c’est un sujet important aussi, qui relève aussi de la santé publique (dépressions, tentatives de suicides, violences, drogues, petite délinquance…).
Ensuite, d’où sort cette idée qu’il faut régler les problèmes les uns après les autres ? Actuellement, il y a 16 ministres. Ils travaillent chacun de leur côté (ou ensemble parfois) et non pas les uns après les autres …
2 enfants meurent chaque jour de maltraitance, sous les coups (chiffres probablement sous-évalué) : toutes les 2 semaines, c’est une classe entière de 30 enfants qui a disparue. 730 enfants par an dont les morts pourraient être évitées.

refusons violence educative

Mettre une claque, une fessée, c’est plus facile et rapide qu’essayer de comprendre son enfant (ses émotions, son comportement …), que de gérer ses propres émotions (fatigue, énervement …), et que de communiquer avec lui. Ca ne fait que défouler le parent.

Ca fait passer l’idée qu’on peut frapper et aimer.
Ca rend acceptable le fait d’être frappé, agressé par qq’un qu’on aime et qui nous aime.
Devenus adultes, Il y a plus de risques pour que ces enfants qui ont été frappés ne trouvent pas anormal d’être frappés par leur conjoint(e), ou de devenir l’agresseur(e) dans le couple, et également de reproduire les claques et fessées sur leurs enfants.

"Ce que les tapes, gifles et fessées apprennent aux enfants" Olivier Maurel

 Les enfants apprennent beaucoup par l’observation et l’imitation des adultes. Si nous frappons, ils comprennent que la violence est une réaction, une réponse acceptable, et donc ils vont frapper aussi.

Un enfant est une personne au même titre qu’un adulte, et donc a droit au respect de son corps. Les enfants ne sont pas des demies-personnes avec des demis-droits.

Un animal est mieux protégé légalement qu’un enfant, c’est normal, ça ?

 violence engendre violence

Livres :

Olivier maurel « la fessée »

Stephan valentin « la fessée, pour ou contre ? »

Livret de Catherine Dumonteil Kremer "Sans fessée, comment faire ?"


Articles internet :

fessees et gifles, les punitions corporelles entrainent phobies toc et desobeissance

Faut-il frapper les enfants pour bien les élever ?

Conséquences de la Violence éducative ordinaire

Comment élever ses enfants sans les frapper ?

Quand mettre une fessée à son enfant ?


Blogs :

Mon article sur la 30° journée de la non-violence éducative

S'éveiller et s'épanouir de manière raisonnée: "au lieu de s'épuiser dans un débat sterile, cheminons vers une éducation bienveillante et respectueuse de l'enfant"

illusionnee : "les mains devraient proteger pas frapper, levons la main contre la fessee"

Aprendre à éduquer : "plaidoyer contre la fessée, mais surtout comment faire sans fessée ni punition"