18 mai 2017

:-) Les émotions :-(

 Apparemment, hier était la journée des émotions, tout à fait par hasard. Et il y en avait pour tous les âges !

Sortie du magazine Astrapi (7-11 ans, 5.20 €, en vente 2 semaines) avec pour dossier les émotions.

 IMG_4345 - Copie

IMG_4337 - Copie

6 émotions sont décortiquées, chacun sur une page entière : La joie, la colère, la tristesse, la peur, la surprise, le dégoût.

IMG_4338 - Copie

Et pour les aider à exprimer leur émotions, il y a tous les éléments d'une "tête à humeurs" à monter.

IMG_4342 - Copie

 

L’avis en vidéo de Nadège Larcher sur la tête à humeur

Et aussi 12 émoticartes avec des astuces pour gérer leurs émotions.


Sortie du magazine Le monde des ados (10-15 ans, 4.90 €, en vente 2 semaines), avec un dossier sur les émotions.

 monde des ados emotions

 
L’émission «La maison des maternelles» (France5) avait pour thème « Les émotions des tout petits : comment réagir ? » avec Isabelle Filliozat comme invitée.

 
Pour compléter, le magazine "Grandir autrement" a sorti un numéro (n°64 mai/juin 2017, 5.50 €) sur les émotions il y a qq semaines. Il est peut-être encore en vente en kiosques, sinon sur leur site.

grandir autrement emotions


Et pour finir, en ce moment ont lieu les pré-ventes du tome 2 de la BD "Emotions : enquête et mode d'emploi", il a pour thème "A la source des émotions : les besoins" par Art-mella. Vous pouvez lire un extrait sur le site.

emotions art mella tome1
Le tome 1

 

Est-ce que vous utilisez des magazines comme supports avec vos enfants, par rapport aux émotions ?

Ou des livres ? Lesquels ?

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Posté par blondevero à 20:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


30 avril 2016

30 avril : journée de la non-violence éducative


Pour commencer, vous pouvez allez jeter un oeil à mon billet de 2014 en cliquant ici.


Cette année, 2 images que vous pouvez partager. Elles sont aussi dispo sur la page FB.

droit enfant pas etre frappé

 

que comprend enfant v9

Merci aux membres du groupe FB
« Echanges et conseils pour une parentalité sans VEO »
pour leurs précieux conseils !

 

Pour finir, un extrait d'un texte de la page FB "Tout pour nos enfants" :

"Certains adultes ne font plus la différence entre un acte d'amour (câlin caresse écoute ...) et un acte de violence (forcer à faire quelque chose, les fessées, les gifles, les tapes sur la main, les étiquettes, les jugements, ...), car enfant on leur a dit que ce n'est pas de la violence mais de l'amour, parce qu'enfant, on lui a dit qu'il le méritait, parce qu'enfant, on lui a dit que c'était un acte d'éducation, parce qu'enfant, on lui a dit c'était bon pour lui, parce qu'enfant, on lui a dit que c'est grâce à eux qu'il a réussi sa vie, ... et l'enfant croit tout ce que l'adulte lui dit et cela lui reste inconsciemment ... et c'est très difficile de remettre en cause la parole de ses parents parce qu'il a appris à ne pas le faire."

Le texte en entier est là.

 

D'autres articles dans le cadre de cette journée :


Chez Christel : "Violences éducatives : une loi, pourquoi faire ? 1ère partie"

Chez S'éveiller et s'épanouir de façon raisonnée : "1,2,3, quelques chiffres sur la violence éducative en France"

 

PPLVEO-profil

 

 

Posté par blondevero à 11:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

07 avril 2016

Ca bouge ... un peu (livret des parents 2016)


Il était attendu, il est sorti hier : Le livret des parents.

Description sur le site de la CAF :

"Chaque année, plus de 500 000 Français deviennent parents pour la première fois. Construire une famille est toujours une source de joies… et de questions. Quelles sont vos nouvelles responsabilités ? Où trouver écoute et conseils ? Qui peut vous accompagner concrètement dans votre quotidien ? Comment concilier vie familiale et vie professionnelle ?

Pas d’inquiétude : toutes les futures mamans et futurs papas sont passés par là ! Pour vous aider à trouver les réponses les mieux adaptées à votre situation, la Ministre des Familles, de l'Enfance et des Droits des femmes et la caisse nationale des Allocations familiales ont créé le Livret des Parents. A l’intérieur, pas de recettes miracles mais 16 pages pratiques pleines d’idées, de conseils et d’adresses. Vous y trouvez les informations essentielles pour vos démarches et préparer sereinement l’arrivée de votre enfant.

Le Livret est adressé à toutes celles et ceux qui deviennent parents pour la première fois

Pour le recevoir, il suffit que la grossesse ait été déclarée à la Caf dans les quatorze premières semaines soit par votre médecin, soit par vous. Dans tous les cas : aucune autre démarche n’est nécessaire, le Livret des Parents vous sera adressé par la poste à votre domicile."


Les extraits qui nous (me) intéressent :


"Tout-petit, l’enfant est entièrement dépendant de vous et des adultes qui l’entourent. Se nourrir, dormir, être en contact avec vous et ressentir votre affection sont ses premiers besoins.

Les pleurs sont le seul moyen d’expression dont votre bébé dispose pour exprimer les différents états qu’il traverse (la faim, la soif, la fatigue, un besoin de câlins, un inconfort...)."

 

"Et le recours aux punitions corporelles?

Face à ces nouvelles explorations, votre enfant aura besoin que des repères, partagés par les parents, soient posés et lui soient expliqués.

Frapper un enfant (fessées, gifles, tapes, gestes brutaux) n’a aucune vertu éducative. Les punitions corporelles et les phrases qui humilient n’apprennent pas à l’enfant à ne plus recommencer, mais génèrent un stress et peuvent avoir des conséquences sur son développement.

Sans culpabiliser les parents qui, à un moment, n’ont pas imaginé d’autres solutions, il est possible de trouver des appuis dans les lieux de soutien à la parentalité pour une éducation sans violence."


Il y a un rappel sur les droits de l'enfant :

extrait :

"Le droit d’être aimé et respecté

Votre enfant n’est peut-être pas comme vous l’aviez imaginé : il est d’abord lui-même. Son corps n’est pas un objet. Il doit être respecté dans son intégrité, sa pudeur et son intimité.

Votre bébé ne crie pas pour vous énerver, même s’il arrive, et c’est normal, que ses pleurs vous fatiguent. Se fâcher après un bébé qui pleure ne sert à rien et peut l’angoisser. Il a quelque chose à dire, sans avoir encore les mots pour le faire."

 

C’est un tout petit début.

Perso, je trouve qu’un livret entier devrait être consacré à ces thèmes, et distribué largement : parents, futurs parents, assistantes maternelles, instituteurs/trices, personnel de crèches, grands-parents, bref toute personne en contact avec des bébés, des enfants, c'est-à-dire à peu près tout le monde !

 

► le livret est lisible et téléchargeable en cliquant ici.


=> Quelques précisions de l'OVEO sur le contenu de ce livret dans cet article


Vous pouvez lire un autre avis, plus détaillé, sur le blog "S'éveiller et s'épanouir de manière raisonnée"


Pour aller plus loin :

Le livret de Catherine Dumonteil Kremer "Sans fessée, comment faire ?"

Le livre blanc de la parentalité positive


Vous l'avez lu ? Qu'en avez vous pensé ?

bisou mere fille korriganne
illustration : korriganne.com

 

 

Posté par blondevero à 18:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

06 janvier 2016

les fessées et l'éducation

Sur facebook, des panneaux de ce genre refont surface de temps en temps :

education fessée

D'ailleurs, je me demande pourquoi "claques aux fesses" plutôt que "fessées" : ca parait moins violent, moins choquant, moins brutal ?

J'ai décidé de faire une réponse à ce panneau :

education fessée violences

 

N'hésitez pas à télécharger l'image pour l'utiliser :-)


Si vous voyez passer d'autres panneaux du même accabit, postez-les moi, en commentaire ou sur la page FB du blog, j'essaierais d'en faire qqchose.

 

 

Posté par blondevero à 15:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

03 mars 2015

La fessée : les arguments contre

 unicef

► Parfois on n’a pas le choix, on est obligé, quand c’est mérité, "mes parents m'en ont donné, je les remercie", "c'est/était pour son/mon bien" ...

On n’est JAMAIS obligé de frapper.
On ne mérite JAMAIS d’être frappé.

C'est difficile d'admettre que ses parents aient pu faire de mauvais choix, c'est difficile de remettre en cause une partie de l'éducation recue, que ses parents aient pu se tromper à un moment. Ca serait comme une trahison, un manque de loyauté. Le déni, c'est plus facile.

A force d'entendre "c'est pour ton bien", le cerveau l'intègre et le prend pour vérité, même si le corps sent le contraire. Et ca s'intègre tellement bien que les gens en sont persuadés au final. C'est un phénomène neurologique.

Les jeunes, de nos jours, ils ne respectent plus rien, sont mal élevés, malpolis etc, sur le couplet de « c’était mieux avant »

Depuis des décennies, les gens se plaignent de la jeunesse actuelle et trouvent que c’était mieux avant (voir la citation de Socrate déjà à ce sujet).
80% des français sont favorables à la fessée depuis 40 ans (voir plus), donc cette jeunesse irrespectueuse dont les gens se plaignent, c’est celle élevée avec des fessées, des claques … Ca prouve bien que ça ne marche pas !

Une fessée, ca a jamais tué, j’en suis pas mort, ca fait pas de mal

Ca ne tue pas, donc c'est pas grave, on peut continuer ?
Une fessée, une claque, ca humilie, ca rabaisse, ca nourrit la colère, la peur, l’incompréhension, ca altère le lien parent/enfant, ca laisse des traces psychologiques …
Un viol, on n’en meurt pas non plus, pourtant c’est condamné par la loi.
« ca ne tue pas » : est-ce un argument suffisant ? N’a-t-on pas davantage d’ambition éducative que simplement faire survivre les enfants jusqu’à l’âge adulte, que juste « ne pas les tuer, ne pas les traumatiser » ?

"Une petite fessée n'a jamais fait de mal à personne" Olivier Maurel

Ça fait des enfants rois

Dans ce cas, La France va être entourée de futurs tyrans : Suède, Danemark, Espagne, Portugal, Allemagne, Pays-Bas, Autriche, Norvège, Finlande, Islande, Lettonie, Ukraine, Roumanie, Croatie, Hongrie, Bulgarie, Grèce. Tous cas pays européens ont interdit la fessée, les châtiments corporels.

Ils vont nous marcher dessus sinon

On a donc le choix entre « se faire marcher dessus » et « frapper les enfants » : c’est très limité.
Ne pas donner de fessée ne veut pas dire ne rien faire.
Il y a quantités d’options possibles entre ces 2 choix.

Il faut bien mettre des limites

Combien de fessées ou claques sont données par jour avec cet argument ?

Je fais ce que je veux chez moi, avec mes enfants, c’est privé

Et bien non !
C’est pour cela qu’il y a des lois, que la PMI (protection maternelle et infantile) et les services sociaux existent.
Même chez soi, on est soumis au droit, le foyer familial n’est pas une zone de non-droit. Même chez soi, il est interdit de tuer qq’un ...
L'enfant n'est pas une chose, un objet de propriété privée, comme les esclaves au temps de l'esclavagisme.
Les modes d’éducation sont très variés, mais frapper, fesser, ce n’est pas un mode d’éducation. L'éducation, ce sont les valeurs transmises aux enfants.

Tes enfants sont faciles, alors t’as pas besoin d’en donner

Non, j’ai les mêmes enfants que les autres, qui traversent les mêmes phases, les mêmes crises …
Et parfois, ils m'énervent beaucoup beaucoup aussi.

  On n’est pas au pays des bisounours

Bienvenue à bisounoursland

Ce n’est pas de la violence, une fessée !

Qu’est ce que c’est alors ?
Surement pas une caresse …

Faut pas confondre mettre une fessée et battre un enfant/la maltraitance

Comment commence la maltraitance, un enfant battu ? Par une claque, une fessée, donnée avant 2 ans le plus souvent.
A combien de claques, de fessées on met le curseur du début de la maltraitance ?
"Une distinction subtile"

Y a des choses plus urgentes/importantes à régler d’abord, le chômage etc

Pourquoi toujours vouloir hiérarchiser ?
Prendre soin de nos enfants, qui est l’avenir de la France, c’est un sujet important aussi, qui relève aussi de la santé publique (dépressions, tentatives de suicides, violences, drogues, petite délinquance…).
Ensuite, d’où sort cette idée qu’il faut régler les problèmes les uns après les autres ? Actuellement, il y a 16 ministres. Ils travaillent chacun de leur côté (ou ensemble parfois) et non pas les uns après les autres …
2 enfants meurent chaque jour de maltraitance, sous les coups (chiffres probablement sous-évalué) : toutes les 2 semaines, c’est une classe entière de 30 enfants qui a disparue. 730 enfants par an dont les morts pourraient être évitées.

refusons violence educative

Mettre une claque, une fessée, c’est plus facile et rapide qu’essayer de comprendre son enfant (ses émotions, son comportement …), que de gérer ses propres émotions (fatigue, énervement …), et que de communiquer avec lui. Ca ne fait que défouler le parent.

Ca fait passer l’idée qu’on peut frapper et aimer.
Ca rend acceptable le fait d’être frappé, agressé par qq’un qu’on aime et qui nous aime.
Devenus adultes, Il y a plus de risques pour que ces enfants qui ont été frappés ne trouvent pas anormal d’être frappés par leur conjoint(e), ou de devenir l’agresseur(e) dans le couple, et également de reproduire les claques et fessées sur leurs enfants.

"Ce que les tapes, gifles et fessées apprennent aux enfants" Olivier Maurel

 Les enfants apprennent beaucoup par l’observation et l’imitation des adultes. Si nous frappons, ils comprennent que la violence est une réaction, une réponse acceptable, et donc ils vont frapper aussi.

Un enfant est une personne au même titre qu’un adulte, et donc a droit au respect de son corps. Les enfants ne sont pas des demies-personnes avec des demis-droits.

Un animal est mieux protégé légalement qu’un enfant, c’est normal, ça ?

 violence engendre violence

Livres :

Olivier maurel « la fessée »

Stephan valentin « la fessée, pour ou contre ? »

Livret de Catherine Dumonteil Kremer "Sans fessée, comment faire ?"


Articles internet :

fessees et gifles, les punitions corporelles entrainent phobies toc et desobeissance

Faut-il frapper les enfants pour bien les élever ?

Conséquences de la Violence éducative ordinaire

Comment élever ses enfants sans les frapper ?

Quand mettre une fessée à son enfant ?


Blogs :

Mon article sur la 30° journée de la non-violence éducative

S'éveiller et s'épanouir de manière raisonnée: "au lieu de s'épuiser dans un débat sterile, cheminons vers une éducation bienveillante et respectueuse de l'enfant"

illusionnee : "les mains devraient proteger pas frapper, levons la main contre la fessee"

Aprendre à éduquer : "plaidoyer contre la fessée, mais surtout comment faire sans fessée ni punition"

 

Posté par blondevero à 17:05 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

06 novembre 2014

Ça ... non !


Depuis environ 2 semaines déjà (oui oui depuis fin octobre), j’ai pu lire sur internet des choses du genre « Le chantage au père Noel est ouvert ! », comme cette illustration :

chantage pere noel

Il fallait que j'en parle.

Le chantage n’est déjà pas terrible comme outil d’éducation, mais le chantage au père Noel, aux cadeaux … je dis NON !

Pas d’accord ! Ca me hérisse le poil ! Totalement contre !

Il  y a vraiment des parents qui seraient capables de réduire le nombre de cadeaux, voire de ne rien offrir du tout à leurs enfants ? C’est horrible !

Comment feront ces parents une fois que les enfants n’y croiront plus ?

J’imagine les enfants qui entendent ça pendant 1 mois, 2 mois … la trouille, le stress, l’angoisse qu’ils doivent ressentir pendant toute cette attente en se demandant si en fin de compte ils auront des cadeaux …


"C’est à prendre au second degré" revient régulièrement.

Sauf que rien dans la formulation ou la ponctuation ne laisse supposer que c’en est.

Et, et c’est lié au point précédent, beaucoup de parents prennent cette image au premier degré, et pratiquent le chantage au Père Noel.

 

A lire :

"Supprimer le chantage de l'éducation dans l'éducation des enfants ?"

"Sois sage sinon le père Noel ne passera pas"

 

chantage pere noel non

 

Quel est votre avis sur le chantage au Père Noel, aux cadeaux ?

 

Posté par blondevero à 13:56 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

30 avril 2014

30 avril : journée de la non-violence éducative


Et cette année, c'est la 10ème :

journeesansfessee600px

affiche-ni-claques-ni-fessees

fessée si on s'en passait

eduquer sans fessée pourquoi
pourquoi se passer des chatiments corporels


"sans fessée, comment faire ?"

cliquer pour accéder au livret

 

Happy Zen Love !

 

bisou mere fille korriganne

illustration : Korrig'anne


A lire également :

Korrig'anne : journée de la non-violence éducative

Catherine Dumonteil-Kremer : Joyeux 30 avril

Ensemble naturellement : 12 principes pour éviter la violence éducative

Julie chroniqueuse : ni fessée, ni claque, ni punition

 

Posté par blondevero à 09:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

30 avril 2013

10ème journée de la non-violence éducative

le 30 avril 2013, c'est la 10ème journée de la non-violence éducative.

Quand on devient parent, c'est un sujet de réflexion inévitable, et qui engendre de nombreux questionnements.

non violence educative

 

Vous donnez parfois des fessées, mais vous regrettez, vous culpabilisez ...

Vous vous demandez si c'est possible de se passer de la fessée ?

Et dans ce cas, comment faire ?

Vous vous posez des questions sur ce sujet ...

 

Vous trouverez ci-dessous une sélection d'articles sur ce sujet, des outils pour aider à se passer de la fessée, une bibliographie.

maman et bébé


Pour commencer, sur le site Parents autrement : 10 raisons de ne pas frapper vos enfants


Sur le Baby blog, 20 raisons de pratiquer la non-violence éducative

 

Alors ... Comment poser des limites respectueusement ?


Une réponse de Sandrine à une question de parent

Catherine Dumonteil-Kremer nous explique comment poser des limites respectueusement en 10 points

 

 Et sans fessée, comment faire ? Comment s'en passer ? Comment réagir ? 

 
=> un livret à imprimer : "Sans fessée, comment faire ?"

 

Et enfin, une réponse de Catherine Dumonteil-Kremer à un témoignage d'une maman qui pratique la fessée "éducative"

 

statue Amour_maternel

 

Lectures :

« Pour une parentalité sans violence » Claude-Suzanne Didierjean-Jouveau

« La fessée pour ou contre » Stephan Valentin

« La fessée : questions sur la violence éducative » Olivier Maurel

« La violence éducative : un trou noir dans les sciences humaines » Olivier Maurel

 

parentalité sans violencefessée stephan valentinmaurel fesséemaurel violence educ

 

Pour enfants :

« Jeremy est maltraité » Dominique de Saint Mars, Serge Bloch

jeremy maltraité max et lili

 

Chez les copines blogueuses :

Julie Chroniqueuse "Tu n'auras plus de fessées mon fils", avec une interview d'Olivier Maurel, et son livre « La fessée : questions sur la violence éducative » à gagner jusqu'au 12 mai 2013 minuit.

 

Et vous, où en êtes-vous dans votre réflexion sur ce sujet ?

 

Posté par blondevero à 16:51 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :